top of page

Afrique du Sud :Ramaphosa va agir sur la réforme du cannabis

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a demandé à son personnel de s'engager avec les parties prenantes du cannabis pour répondre à leurs préoccupations concernant les goulots d'étranglement dans l'économie légale naissante de la marijuana. Mais, il craint que l'industrie soit trop fragmentée pour parler d'une seule voix et que le gouvernement soit confronté à trop d'intérêts concurrents.


Ramaphosa est ouvert à s'engager avec l'industrie du cannabis

Deux sources de Cannabiz Africa l' ont confirmé, affirmant que l'absence de progrès dans la réforme du cannabis avait été portée à l'attention du président par une lettre envoyée par la Cannabis Trade Association Africa (CTAA), le Cannabis Development Council of SA (CDCSA), Fields of Green for Tous (FoGFA) et d'autres acteurs majeurs en avril 2021, demandant une réunion urgente pour répondre à leurs préoccupations. La lettre aborde les mêmes problèmes soulevés par le Conseil de développement du cannabis d'Afrique du Sud en appelant à l'envoi d' un bureau du cannabis à la présidence. Le bureau de Ramaphosa n'a fait aucune déclaration publique à ce sujet. Le ministre des Finances, Tito Mboweni, exhorte depuis longtemps ses collègues du cabinet à soutenir la légalisation du cannabis en tant que « produit imposable » créateur d'emplois et la légalisation du chanvre bénéficie du plein soutien du Premier ministre du Cap oriental. Le Premier ministre du Gauteng, David Makhuru, a également approuvé la légalisation du cannabis.

NCMP : « les mauvais gars sont aux commandes » et l'industrie souffre

Les appels à la présidence à s'impliquer dans la réforme du cannabis sont conformes aux conseils des Nations Unies, à savoir que les pays adoptant une réforme devraient avoir une institution solide en charge de la politique et des licences - soit au sein de la présidence, soit en tant qu'autorité constitutionnellement indépendante. L'organe devrait avoir le pouvoir de coordonner le travail des différents départements gouvernementaux.

"L'un des problèmes avec la réforme du cannabis est qu'ils ont mis les mauvais gars en charge du plan directeur", a déclaré une autre source à CA. « Le DALRRD (Ministère de l'agriculture, de la réforme agraire et du développement rural) n'a pas la capacité ou le mandat de développer un modèle économique pour le cannabis, et, avec respect, ils ont mis un phytopathologiste en charge de la réforme alors que ce dont nous avons vraiment besoin, c'est le DTI (Département du Commerce et de l'Industrie) pour lancer l'investissement ».

"Le problème est que nous n'avons pas de champion volontaire au sein du gouvernement qui comprend tout le potentiel de l'usine", a déclaré la source, qui a voulu rester anonyme pour des raisons évidentes, "et jusqu'à ce que cela se produise, le débat va être bloqué à un niveau technique.

Les appels au gouvernement pour accélérer la réforme du cannabis sont de plus en plus forts de la part du secteur privé qui a investi plus de 100 millions de rands dans des installations de culture et de transformation en Afrique du Sud. De nombreux producteurs de chanvre courent des risques financiers car leurs permis ont expiré et doivent être renouvelés par un autre département, tandis que Cannabiz Africa comprend que près de 2 millions de rands de produits CBD importés et approuvés par la SAHPRA sont bloqués au port de Durban depuis plusieurs mois en raison de un manque de clarté procédurale.

Nedlac demande l'avis d'experts extérieurs dans les discussions sur le cannabis

Pendant ce temps, les négociateurs de la Chambre de commerce et d'industrie de Nedlac ont décidé qu'ils avaient besoin de la contribution d'experts dans leurs délibérations sur le plan directeur national du cannabis (NCMP) et ont apparemment approché Business Unity South Africa pour obtenir de l'aide. Officiellement, Nedlac refuse de commenter les discussions sur le cannabis jusqu'à ce qu'un rapport final soit rédigé pour le ministre du Commerce et de l'Industrie.

Cependant, le DTI, jusqu'à présent absent du débat sur la légalisation, semble enfin s'animer. Le fondateur de Hemporium, Tony Budden, a déclaré qu'il avait été en contact avec le DTI, qui "amène des acteurs importants à la fête pour faire démarrer les investissements dans le secteur".

Le DALRRD affirme que le ministère de la Justice détient la clé de la réforme du cannabis à l'avenir

DALRRD dit avoir mis en place un cadre sur le cannabis et attend que le ministre de la Justice adopte la loi habilitante. Thabo Ramashola de DALRRD, qui dirige le NCMP, dit que le principal problème technique pour faire décoller l'économie du cannabis est le libellé de la loi sur le trafic des drogues et des drogues de 1995, qui interdit l'utilisation commerciale de toute partie de la plante de cannabis à moins qu'elle ne soit autorisée par l'Autorité sud-africaine de réglementation des produits de santé (SAHPRA) pour l'exportation.

Les avocats de Schindlers des partenaires de Cannabiz Africa Legal Desk déclarent que la loi sur les drogues est en contradiction avec la constitution, à la lumière des récentes décisions de justice, notamment la décision de la Haute Cour de Gauteng sur la relation entre les mineurs et le cannabis.

L'autre ministère qui est en désaccord avec la réforme du cannabis est le Développement social, qui considère le cannabis comme un stupéfiant qui détruit le tissu social et contribue au comportement criminel.

Pour connaître l'état actuel du débat sur la légalisation en Afrique du Sud, lisez le rapport du bureau juridique de Cannabiz Africa ici.

1 vue0 commentaire
bottom of page