top of page

Santé :Bêta-caryophyllène, le terpène analgésique et anti-inflammatoire

Le bêta-caryophyllène est un terpène présent dans les huiles essentielles de diverses plantes, pour le moment le poivre noir (Piper Nigrum) représente la principale source d'extraction de cette molécule, mais il est également présent en bonne quantité dans le houblon, le romarin et le cannabis. Comme la plupart des terpènes il contribue à l'arôme et à la saveur de chaque espèce végétale mais il a aussi la particularité de se lier aux récepteurs de notre système endocannabinoïde au même titre que les phytocannabinoïdes du cannabis.



Contrairement au THC (tétrahydrocannabinol), le bêta-caryophyllène n'active que les récepteurs CB2 et n'a aucune affinité pour le CB1, excluant la possibilité d'induire des effets psychoactifs. L'activation sélective des récepteurs CB2 permet à cette molécule d'être utilisée en médecine, notamment dans le traitement de la douleur. Depuis quelques années, grâce aux différentes études qui soutiennent cette thèse, il n'est pas rare de trouver du bêta-caryophyllène dans les compléments alimentaires naturels.

Une grande partie de ce que nous savons ne provient pas d'études sur le principe actif pur, mais sur la molécule à l'intérieur d'un phytocomplexe, l'ensemble des composants chimiques d'une plante. Les scientifiques ont étudié l'effet anti-inflammatoire du bêta-caryofillène, qui est en fait capable d'inhiber l'expression de cytokines pro-inflammatoires, des molécules qui aident à maintenir l'inflammation, telles que le TNF-α, l'IL-1β et l'IL-6 au sein de la Huile essentielle coréenne d'Artemisia Fukudo, dont l'un des principaux composants est le caryophyllène.

D'autres recherches ont montré qu'il aidait à améliorer la cicatrisation des plaies chez la souris. Dans l'étude publiée dans Plos One, ils écrivent clairement que : « Les plaies cutanées de souris traitées avec du bêta-caryophyllène ont amélioré la réépithélialisation. Le tissu traité a montré une augmentation de la prolifération cellulaire et les cellules traitées avec du bêta-caryophyllène ont montré une plus grande migration cellulaire, suggérant que la plus grande réépithélialisation est due à la prolifération cellulaire et à la migration cellulaire ».

0 vue0 commentaire
bottom of page